Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
                                                               
                                                               
| Accueil | Contacts | Horaires | Plan du site |
Intention du Pape (septembre 2017)
Pour l’évangélisation :
Pour nos paroisses afin qu’animées d’un esprit missionnaire, elles soient des lieux de communication de la foi et de témoignage de la charité.
Saint André de l’Europe
24 Bis rue de saint-Pétersbourg
75008 PARIS
Tél : 01 44 70 79 00
Fax : 09 57 84 35 08
INFO LETTRE
pour suivre les activités de la paroisse

  • Site Sitio.guide : site d’accompagnement humain mis en place par le diocèse de Paris.
    Le Père jésuite Rigobert Kyungu nous introduit à la médiation avec les lectures du 24ème Dimanche du Temps Ordinaire. « Offrir le pardon ne constitue pas seulement un bien pour les autres, mais c’est aussi ​un bien​ pour nous-mêmes, car le pardon libère. »

    Dernières publications


    Agenda

    ««  2017  »»
    ««  Septembre  »»

    Aujourd'hui

    LuMaMeJeVeSaDi
    28293031123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    2526272829301
    Événements prochains ou récents

    L’histoire

    la brochure de l’histoire de la paroisse

    PDF - 3.1 Mo

    bref historique de la paroisse saint-André de l’Europe

    Si le quartier de l’Europe doit son existence à une ordonnance de Charles X, en date du 2 février 1826, c’est la volonté de Mgr SIBOUR de doter ce quartier de Paris, alors en pleine expansion, de nouvelles paroisses que Saint André doit son existence.Fondée en 1852 et dotée d’un territoire pris sur les paroisses Saint-Roch et Notre- Dame-de-Lorette, la nouvelle paroisse ne vécut qu’une vingtaine d’années. Son église, provisoire, ouverte Cité d’Antin, à l’angle des rues de Provence et de la Chaussée d’Antin, fut consacrée la même année.La paroisse et son église furent placées sous le patronyme de l’apôtre André, probablement parce qu’il était vacant dans l’ordo parisien depuis la disparition de la paroisse Saint-André-des-Arts.Le premier curé, Paul Ange-Marie CARRON, fut installé le 2 février 1852. C’est devant l’impossibilité où il se trouvait d’ériger un bâtiment d’église « convenable », que, le 8 janvier 1870, Mgr DARBOIS signa l’ordonnance de dissolution. Peut-être, également, prit-il en compte, qu’outre les lieux de culte dont disposait l’Eglise diocésaine, Sainte Trinité, Saint Augustin, Saint Louis d’Antin, Sainte Madeleine, Notre Dame de Lorette et Saint Roch, à quelques quinze cents mètres de la Cité d’Antin, dans le quartier de l’Europe, une congrégation de prêtres missionnaires, les Oblats de Marie Immaculée, avait fait halte depuis une dizaine d’années et exerçait un apostolat zélé et, à bien des aspects, apprécié des fidèles. Son fondateur, Mgr Eugène de MAZENOD (béatifié en 1975 puis canonisé en 1995) avait fait édifier une chapelle ouverte sur la rue de Saint-Pétersbourg (qui devint par la suite rue de Pétrograd, puis de Léningrad pour redevenir rue de Saint-Pétersbourg), bénie le 16 novembre 1861.En 1900, cette chapelle fut remplacée par un édifice plus vaste. C’est l’église que nous connaissons aujourd’hui. En 1903, les Oblats furent expulsés de France et leur chapelle fut fermée.Une fois apaisée la tourmente provoquée par la séparation voulue par ALDECKROUSSEAU et Emile COMBES entre l’Etat et l’Eglise, le cardinal RICHARD (+ en 1908) racheta au fisc l’ensemble immobilier (bâtiment conventuel et chapelle). L’archevêché ne conserva que le lieu de culte qui devint chapelle de secours de Saint-Louis d’Antin sous le patronyme de Saint André d’Antin. Sa bénédiction eut lieu le 19 octobre 1907 et la première messe y fut dite le lendemain. Saint Louis et Saint André vont vivre ensemble pendant un bon demi-siècle.

    Toutefois, cette période allait voir la raréfaction progressive des habitants du quartier de Saint-Louis, tandis que, sur les "hauteurs" de Saint-André continuait de résider une population stable et relativement abondante.
    C’est au Cardinal Feltin qu’il échut de confier à Saint-Louis sa tâche d’accueil, et d’ériger en paroisse de plein exercice Saint-André, avec la portion de territoire délimitée par le Boulevard des Batignolles, la rue d’Amsterdam, la rue de Londres et la voie ferrée.

    Premier curé, le Père Mourice TOUCAS fut, avec l’architecte M. Jacques LACOMBE, le rénovateur de l’intérieur de l’église et de son sanctuaire (l’actuel autel a été consacré le 21 Février 1960). Au Père TOUCAS succédèrent, en 1968 le Père Xavier HAFFNER, en 1976 le Père Yves VAUTRIN, en 1982 le Père Xavier RAMBAUD, en 1990 le Père Jean-Marie DUBOIS, en 1996 le Père Gérard BOËT, en 2005 le Père Benoît BOURGOIN. Et maintenant le Père Alain-Christian LERAITRE.

    L’actuelle paroisse, qui a pris en 1967 le nom de Saint André de l’Europe, compte environ 6500 habitants, représentant une population variée qui est, indéniablement, en voie de rajeunissement. Depuis 1982, elle vit, avec un même responsable, en étroite union avec les Aumôneries des Collèges et Lycées qui lui sont confiées.

    La communauté paroissiale reçoit ainsi le dynamisme des plus jeunes et leur offre, en retour, l’appui et l’exemple d’une communauté adulte et vivante.

     

    Copyright - Paroisse de Saint-André de l’Europe- 2014