Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
                                                               
                                                               
| Accueil | Contacts | Horaires | Plan du site |
Intention du pape (mars 2017)

Pour l’évangélisation
 :
Pour les Chrétiens persécutés afin qu’ils éprouvent le soutien de toute l’Église à travers la prière et l’aide matérielle.
Société Française des Amis de Saint Jacques de Compostelle

Étude des mouvements artistiques, historiques, littéraires et religieux provoqués par la dévotion à Saint Jacques le majeur et aussi AIDE et CONSEILS aux PÈLERINS actuels pour préparer une pérégrination, et leur délivrer la CREDENTIAL.
secretariat@compostelle.asso.fr
Saint André de l’Europe
24 Bis rue de saint-Pétersbourg
75008 PARIS
Tél : 01 44 70 79 00
Fax : 09 57 84 35 08
Site Sitio.guide : site d’accompagnement humain mis en place par le diocèse de Paris.
Le Père Joseph Ballong nous introduit à la méditation avec les lectures du troisième dimanche de Carême

Dernières publications


Agenda

««  2017  »»
««  Mars  »»

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272812345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Événements prochains ou récents

Édito du dimanche

Edito du 19 mars 2017

Durant ce temps de carême, alors que nous cheminons pour redonner vie à notre engagement baptismal, nous accompagnons Géraldine qui, la nuit de Pâques, sera baptisée à Notre-Dame de Pa-ris par le Cardinal, entourée de toute notre communauté. Portant l’écharpe violette de ceux qui se préparent à suivre Jésus, elle a reçu les dimanches précédents, le témoignage de la foi, et les mots de la prière de la part de la communauté chrétienne. Ce dimanche « de la samaritaine » lui fait vivre le premier des scrutins. (...)

Lire la suite Lire la suite

Le Mot de la semaine du Cardinal André Vingt-Trois

"Le Mot du Cardinal" est diffusé sur Radio Notre-Dame tous les lundis.

http://www.catholique-paris.com/-45-20-Mot-de-la-semaine-audio-.html

L'entretien du cardinal André Vingt-Trois du 24 février 2017

Nomination de Mgr Hérouard évêque auxiliaire de Lille, l'entrée en Carême et le mercredi des Cendres

Lire la suite


Angelus : faire confiance à la vraie lumière du Christ

(RV) Ce dimanche 26 mars, quatrième du Carême, le Pape François s’est adressé à la foule depuis la fenêtre du Palais apostolique pour la prière de l’Angelus Place Saint-Pierre. Sous un soleil printanier, il a invité les fidèles à faire confiance à Jésus, vraie « lumière du monde », et non aux fausses lumières qui nous éloignent du prochain.

Ce dimanche, le Pape s’est concentré sur l'Évangile du jour. Un récit dans lequel Jésus redonne la vue à un homme aveugle de naissance. À travers ce miracle, le Christ se manifeste comme la « lumière du monde » dit François. Cet épisode de la Bible pousse à réfléchir « à notre foi en le Christ, fils de Dieu, et en même temps, fait référence au baptême, qui est le premier sacrement de la foi, celui qui fait venir la lumière », grâce à la « renaissance de l’eau et de l’Esprit saint ». C’est ainsi que « chacun de nous est illuminé à travers le baptême » explique le Pape.

Cet homme aveugle de naissance, sans nom, « il représente nous-même, quand nous ne réalisons pas que Jésus est la lumière du monde, quand on regarde ailleurs, quand on préfère compter sur les petites lumières, quand on tâtonne dans l'obscurité » compare François. Comme cet aveugle qui guérit, « nous aussi nous avons été éclairés par le Christ dans le baptême, et nous sommes appelés à se comporter comme des enfants de lumière » insiste le Saint-Père.

Ce baptême exige de choisir « de marcher dans la lumière », c’est-à-dire de d’abord abandonner les « fausses lumières, celles des préjugés qui déforment la réalité et provoquent de la haine contre ceux qui jugent sans pitié et condamnent sans appel ». Le Pape le rappelle, « ces bavardages sur les autres qui occupent les journées de chacun, c’est marcher dans l’ombre et non dans la lumière ».

L’autre lumière factice, parce qu’ils sont séduisants et ambigus, ce sont les intérêts personnels. Car « si nous évaluons les gens et les choses en fonction du critère de notre propre utilité, notre plaisir, notre prestige, nous ne sommes pas dans la vérité dans les relations et les situations ». « La recherche du gain personnel, c’est marcher dans l'ombre. » Et pour éviter cela, le Pape appelle à « un changement radical de mentalité, une capacité de juger les hommes et les choses selon une autre échelle de valeurs, celle qui vient de Dieu ».

Après la prière de l’Angelus, devant les fidèles, le Pape a rappelé la béatification, ce samedi 25 mars en Espagne, de José álvarez-Benavides y de la Torre et de ses 114 compagnons martyrs de la guerre civile espagnole. « Ces prêtres, religieux et laïcs ont été les témoins héroïques du Christ et de son Évangile de paix et de réconciliation fraternelle. Leur exemple et leur intercession soutiennent l’engagement de l'Église dans l’édification de la civilisation de l'amour ».

De retour de Milan, le Saint-Père a aussi tenu, ce dimanche, à remercier le cardinal Angelo Scola et tous les Milanais, croyants et non-croyants, pour l’extraordinaire accueil qu’il a reçu ce samedi 25 mars dans la cité lombarde. « Vous m’avez vraiment fait sentir comme à la maison » s’est réjoui le Pape, soulignant la générosité de ses habitants avec ce dicton « Milan si riceve col coeur in man ! ».

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)

Lire la suite


Devant 80 000 jeunes, le Pape invite les familles à cultiver des moments de gratuité

(RV) Le Pape a conclu sa journée à Milan par une rencontre festive au stade San Siro de Milan, avec 80 000 jeunes confirmands.

Accueilli avec beaucoup d’enthousiasme, au milieu des chants et des danses, le Pape a répondu à quelques questions des jeunes, notamment sur la transmission de la foi, l’amitié personnelle avec Jésus. Le Pape a une nouvelle fois insisté sur l’importance d’une relation forte entre les jeunes et leurs grands-parents. Prenant appui sur sa propre expérience avec ses grands-parents, le Pape a expliqué que «les grands-parents ont une sagesse de la vie, et avec cette sagesse de la vie ils nous enseignent comment être plus proches de Jésus».

François aussi insisté sur l’importance de prendre du temps pour jouer avec les amis, car «quand le jeu est propre, on apprend à respecter les autres, on apprend à faire équipe, à travailler tous ensemble. Et ceci nous unit à Jésus.» Le Pape a aussi invité les parents à prendre du temps pour jouer avec leurs enfants, et trouver ainsi des occasions de proximité.

Invitant les participants à réfléchir en silence pour se souvenir de la personne qui les avait aidé à croire, le Pape a évoqué le prêtre originaire de Lombardie, du diocèse de Lodi, qui l’avait baptisé et accompagné dans son enfance en Argentine, jusqu’au noviciat, se souvenant de lui comme d’un «apôtre du confessionnal».

S’adressant à des jeunes parents, le Pape a rappelé que «les enfants nous regardent, et vous n’imaginez pas l’angoisse que ressent un enfant quand les parents se disputent. Ils souffrent ! Et quand les parents se séparent, ils en paient les frais». Pour le Pape, il faut au contraire prendre soin «de leur cœur, de leur joie, de leur espérance», et ainsi les faire cheminer sereinement dans la foi, comme ces familles qui vont jouer au parc le dimanche après-midi, après la messe. François a même expliqué que dans son pays, il y a un verbe en espagnol qui traduit ces moments de gratuité, "dominguear", passer le dimanche ensemble. Le Pape a regretté que de plus en plus de parents soient contraints de travailler le dimanche. Il faut toujours «jouer avec les enfants, "perdre" du temps avec les enfants, et transmettre la foi, aussi. C’est la gratuité, la gratuité de Dieu», a-t-il martelé.

Le Pape François, lui-même ancien enseignant, s’est aussi exprimé sur la question de l’école. Il a appelé à une éducation plus réaliste, «avec l’intellect, avec le cœur, et avec les mains, les trois langages», pour savoir penser, sentir et faire. On ne peut pas éduquer seulement avec des notions et des idées, a-t-il insisté. Il faut laisser aux jeunes des espaces de gratuité, pour que leurs talents se développement pleinement.

Enfin, le Pape a lancé un appel contre le harcèlement. «Est-ce que dans votre école, dans votre quartier, il y a quelqu’un sur lequel vous faites de mauvaises plaisanteries, parce qu’il a tel défaut, parce qu’il est gros, parce qu’il est maigre, pour telle ou telle chose ? Réflechissez.  Et cela vous plait de lui faire prendre honte, de le frapper pour cela ? Réflechissez. Ceci s’appelle du harcèlement. S’il vous plait, pour le sacrement de la confirmation, faites la promesse au Seigneur de ne jamais faire cela, et de ne jamais permettre que cela se fasse dans votre collège, dans votre école, dans votre quartier. C’est compris ?», a lancé le Pape au milliers de jeunes dans le stade, qui lui ont répondu oui avec ferveur.

À la conclusion de cette rencontre, le Pape a récité le Notre Père, puis salué des jeunes handicapés, avant de repartir vers Rome. Il devait atterrir vers 19h30 à l’aéroport de Fiumicino mais un retard de 45 minutes était probable compte tenu du temps passé au stade avec les 80 000 jeunes.

Revoir cette rencontre en vidéo (en italien) :

(CV)

 

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)

Lire la suite


Le Pape appelle les Milanais à «vivre la joie de l'Évangile avec audace»

(RV) Le Pape François est à Milan, ce samedi, pour une visite pastorale dans la capitale lombarde. En milieu d’après-midi, le Pape a été accueilli par une foule très nombreuse, près d’un million de personnes, pour une messe au parc de Monza.

Sous un grand soleil, il y a présidé une concélébration eucharistique en la solennité de l’Annonciation. Dans son homélie, François a appelé les fidèles à se réjouir, comme Marie, de la venue de Dieu parmi nous, dans notre quotidien. Il a expliqué comment l’Ange Gabriel nous donne les clés pour propager cette joie, sans crainte.

Le compte-rendu de Samuel Bleynie.

«Ouvrez les portes du Christ» chantent les 8000 choristes au début de la procession. Un appel qui s’adresse à tous car depuis l’Annonciation, «rien ni personne ne laisse Dieu indifférent», explique le Pape dans son homélie. «La joie du salut a débuté dans la vie quotidienne de la maison d’une jeune de Nazareth» et encore aujourd’hui c’est «dans nos villes, nos écoles et universités que s’accomplit l’annonce la plus belle que nous puissions entendre : “Réjouis-toi, le Seigneur est avec toi !”».

Mais le «rythme vertigineux» auquel nous sommes soumis peut nous voler cette espérance et cette joie, déplore le Pape, surtout en ces temps de spéculation. «On spécule aujourd’hui sur la vie, sur le travail, sur la famille. On spécule sur les pauvres et sur les migrants ; on spécule sur les jeunes et sur leur futur. Tout semble se réduire à des chiffres.»

«Comment alors, est-il possible de vivre la joie de l’Évangile aujourd’hui ?» En regardant le présent «avec audace», répond le Pape. Il est d’abord nécessaire de «faire mémoire, de regarder notre passé pour ne pas oublier d’où nous venons», tout comme l’Ange évoqua «la promesse faite à David». Cette mémoire permet à Marie de s’approprier son appartenance au Peuple de Dieu, un «peuple formé de milles visages, histoires et provenances, un peuple multiculturel et multiethnique qui n’a pas peur d’accueillir celui qui en a besoin».

Enfin c’est quand nous acceptons «d’être aidés», «d’être conseillés» que l’impossible commence à devenir réalité, car, comme le dit l’Ange : «Rien n’est impossible à Dieu».

Revoir cette messe en vidéo (en italien) :

(CV)

 

 

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)

Lire la suite


 

Copyright - Paroisse de Saint-André de l’Europe- 2014